Ideé

En automne 2011, quand nous commencions de planifier notre projet „vol de pèlerinage", aucun de nous ne se rendait compte dans quoi on s'impliquait exactement. La base de cette idée était le chemin de pèlerinage historique, qui mène à travers de la moitié d'Europe et qui fascine les êtres humains depuis des siècles.

Lire la suite...

PILGRIMFLIGHT LE FILM est fini

Ordre
Lire la suite...

Chemin

Image2

On avait planifié pendant des mois, assemblé tout le matériel, étudié la météo au long de toute la route. Beaucoup avait été relativisé au cours de notre projet. Par exemple on avait trouvé des conditions de vol, qui souvent se trouvaient en dehors de notre fenêtre de vol de nos appareils. Des vents forts et du thermique imprévisible qui se levait soudainement exigeaient de nous le maximum pendant quelques étapes de vol. Les routes de vol nous menaient non seulement au-dessus des plateaux torrides dans la Meseta mais aussi par-dessus de montagnes hautes en Pyrénées et en Galicie. Les laces de départ étaient souvent très courtes et ne permettaient aucune faute. Malgré tout, les souvenirs comme les vols au-dessus des nuages infinis ou les levés de soleil au-dessus des côtes littorales au nord d'Espagne étaient inoubliables. Nous avions prévu qu'on allait devoir marcher à peu près vingt pour cent du chemin.

Au début personne ne se rendait compte ce que signifiait de marcher avec plus que trente kilos sur le dos par-dessus de cols hauts et brumeux, à travers des villes et des villages et sur des routes brûlantes et des chemins de forêts étroits.
 

Image1
Ainsi cent cinquante kilomètres, qui étaient douloureux et qui paraissaient sans fin, s'étaient accumulés jusqu'au but. Après quelques kilomètres chaque pas devenait une torture physique et psychique et qu'avec une volonté de fer c'était finalement possible d'atteindre le but.

Les journées étaient longues et épuisantes pour tout le monde. Il fallait se lever quasiment chaque jour avant le lever de soleil pour pouvoir profiter de chaque fenêtre de vol possible. De plus il fallait marcher vingt kilomètres ou plus le même jour, souvent jusqu'en pleine nuit, ainsi que faire des réparations nécessaires aux engins volants. Il ne restait à peine de temps pour du vrai repos et la fatigue était notre compagnon permanent. C'était surtout la volonté d'arriver qui nous empêcher d'abandonner.

Malgré tous les inconvénients et la fatigue nous pouvions éprouver tant de choses belles et positives – des êtres humains qui s'aident. Chacun se parlait, n'importe sa nationalité ou son orientation politique et tout le monde avait le même but devant les yeux – arriver.

Video

Facebook


Contact

3333 vectorized black

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

skyjam aircraft

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

skyjam paragliders

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.